20 km de Bruxelles – 18 Mai 2014

Nous avons couru aujourd’hui les 20 km de Bruxelles en respectivement 1:32:13 (mon frère) et 1:43:46 (moi), le tout après avoir couru

  • vendredi : 24,6 km
  • samedi : 21,3 km

Pour continuer notre week-end choc, nous sommes rentrés en courant (+ 10 km) pour finir demain en beauté par un 15 / 20 km histoire d’atteindre les 90 km en 4 jours.

Rien de spécial à dire sur l’organisation des 20 km : même parcours, mêmes ravitaillements que l’année précédente. Nous devions partir dans le premier sas, mais le deuxième avait un meilleur débit et dès le rond-point Schumann la rue de la Loi était pleine de concurrents qui nous avaient dépassés. Pas grave, notre objectif n’était pas de faire un temps et, étant donnée la chaleur (presque 30°C), je suis très satisfait de ma performance. La forme revient mais sera probablement insuffisante pour l’UTPMA. Encore 2 à 3 semaines pour prendre ma décision définitive.

La mauvaise nouvelle : encore un décès sur les 20 km de Bruxelles, un jeune de 28 ans aux environs du rond-point de Montgomery. Je pense être passé à côté de lui quand les secours l’évacuaient sur une civière. D’après le Soir,

Rien qu’à l’arrivée, pas moins de 270 participants ont eu besoin d’aide médicale. De nombreux coureurs ont souffert de coup de chaleur et 35 personnes ont dû être conduites à l’hôpital. Parmi elles, plusieurs présentaient des soucis cardiaques, dont certaines ont dû être réanimées à l’arrivée ou le long du parcours.

Rappelons qu’il y avait déjà eu un décès l’année dernière et en 2011 (au même endroit si je ne m’abuse). Idem en 2006. Et qu’est-ce qui change au niveau de l’organisation ? Départ à 10h00 au lieu de 15h00 mais toujours plus de participants au départ.

En France, vous ne pouvez pas vous inscrire à une course sans un certificat médical. A Bruxelles (en Belgique en général) on lâche 40.000 coureurs dans les rues sans aucun contrôle, comme si courir 20 km était à la portée du premier venu. L’arrivée du 20km est peut-être aussi trop difficile : la montée de Tervuren met le coeur à rude épreuve et le long faux-plat avec l’arrivée en ligne de mire donne envie aux imprudents de s’arracher alors qu’il faudrait dérouler sans forcer.

3 morts en 4 ans, je trouve que cela mérite réflexion…

Ce contenu a été publié dans Courses, Journal. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *