Eat and Run – Scott Jurek

Je viens de terminer la lecture du livre de Scott Jurek, « Eat and Run ».

Couverture

Qui est Scott Jurek ?

Quoi ? Vous ne connaissez pas Scott Jurek ??? Vous sortez d’où ??? Sans doute du même coin perdu que moi puisque je ne connaissais pas cet extra-terrestre là avant qu’un collègue ne m’en parle. 🙂

Scott Jurek est une légende de l’ultra-running. Si, si… Regardez donc son palmarès :

  • Spartathlon, une course longue de 245 km ralliant la ville d’Athènes à celle de Sparte, qu’il remporte trois fois de suite en 2006, 2007 et 2008
  • Hardrock Hundred Mile Endurance, où il s’impose en 2007
  • Western States Endurance Run, qu’il remporte sept années consécutives, de 1999 à 2005
  • Badwater Ultramarathon, qu’il remporte en 2005 et 2006 (la course qui traverse la Vallée de la Mort)
  • Miwok 100K Trail Race, qu’il remporte en 2002, 2003 et 2004
  • Leona Divide 50 Mile, il gagne cette course quatre fois en 2000, 2001, 2002 et 2004
  • Diez Vista 50K Trail Run, où il s’impose en 2000 et en 2003
  • Montrail Ultra Cup Series, qu’il remporte en 2000 et 2003.

Ses records personnels sur route :

  • Marathon : 2h38
  • 50 Miles : 5h50
  • 100 km : 7h28
  • 24h : 266,01 km (battu à Brive-la-Gaillarde !!  … les initiés comprendront)

Ses records personnels en trail :

  • 50 km : 3h04
  • 50 Miles : 6h21
  • 100 Miles : 15h36

Inutile de dire que ce Monsieur est tout sauf un guignol, même si il n’a jamais remporté l’UTMB. 🙂

A quoi carbure au quotidien cet extra-terrestre ? Partage-t-il le même régime que son illustre compatriote Lance Amstrong ? Non, Scott Jurek est végalien depuis 1999 et donc exclut de sa nourriture tout produit issu des animaux, de leur exploitation ou testé sur eux ! Adieu viande, poisson, oeuf, miel…

Son livre

A ma connaissance, il n’a pas encore été traduit. Si vous ne voulez pas attendre la traduction, munissez d’un bon dictionnaire franco – argot américain parce que le style est plutôt familier. La lecture reste toutefois facile et agréable.

Scott Jurek y raconte sa vie de coureur et, après quelques chapitres sur sa jeunesse et sa formation, consacre grosso-modo un chapitre par grande course, chaque chapitre se terminant par une recette végétarienne. Le déroulement des courses est très détaillé, surtout les galères (blessures, maladies, moments de doute…).

N’attendez pas à trouver dans ce livre une description précise de ses entraînements, le sujet est survolé. Comme le titre du livre le montre, il met sur le compte de son alimentation (et de son entraînement) sa réussite sportive. Il insiste donc longuement sur les bienfaits de sa diète.

J’ai relevé au passage quelques points intéressants.

Courir en côte et fréquence de foulée

Son conseil n’est pas de faire de grandes enjambées mais au contraire de réduire sa foulée jusqu’à obtenir une fréquence de 85 à 90 foulées (nombre de fois où le pied droit frappe le sol) par minute. Il s’entrainait auparavant avec un métronome mais recommande le site http://jog.fm/ qui permet de choisir des musiques en fonction du rythme de course choisi. Je n’ai pas encore essayé.

Pour améliorer sa vitesse

Scott Jurek propose classiquement des séances de fractionné sur des bases 5:1 :

  • 5 mn d’effort / 1 mn de repos puis
  • 10 mn d’effort / 2 mn de repos puis
  • 15 mn d’effort / 3 mn de repos…

jusqu’à tenir 45 à 50 mn en effort au bout de 5 à 6 semaines d’entraînement.

Respiration

Il recommande de respirer à l’aide du diaphragme au lieu de la poitrine. Pour s’entrainer, mettez-vous sur le dos avec un livre sur l’estomac et respirez par le nez en soulevant le livre à chaque expiration. Une fois le geste maîtrisé, vous êtes prêt à courir en respirant par le ventre.

Conclusion

Le livre est plaisant à lire mais je n’en retiendrai que peu de choses comme vous pouvez le constater. Les végétariens / végétaliens / végaliens apprécieront sans doute les recettes, à condition de trouver les ingrédients en Europe. J’ai renoncé à traduire ces parties-là, je n’ambitionne pas d’ouvrir un magasin bio-bilingue … quoiqu’il y ait sans doute un marché à Bruxelles pour les bobo-bio-bilingues.

Les performances de Scott Jurek sont admirables mais il laisse l’impression de tout sacrifier à sa passion : famille, amis. On apprend entre les pages son divorce d’avec sa première épouse (si elle était aussi présente dans la vraie vie que dans le livre, je la comprends). Sa 2ème épouse semble mieux partie mais elle court elle-aussi, ce qui la sauvera peut-être.

Son leitmotiv tout au long du livre est « sometimes you just do things » … le genre de chose que je me dis le Lundi matin en retournant au bureau. Pas un slogan fédérateur… Où est son plaisir dans la course, je ne l’ai pas compris. Il semble à la recherche permanente du bien-être qu’il éprouve quand il arrive à dépasser sa souffrance. Et comme il s’entraine comme un fou, ce seuil est de plus en plus loin.

Pas très réjouissant au final, ce n’est pas un livre qui m’a donné envie de courir. Quant à Scott Jurek, il me fait l’effet d’un drogué : drogué à l’effort, drogué à la souffrance et, comme tout drogué, bien seul dans son monde. Pas un modèle pour moi mais un grand monsieur tout de même.

Ce contenu a été publié dans Journal. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Eat and Run – Scott Jurek

  1. Etienne dit :

    Pour ce qui est de respirer avec le ventre, cela me fait penser au « hara » utilisé au judo, ou autres arts martiaux, qui consiste à utiliser l’énergie présente dans le ventre, « derrière les abdos ».

    Pour ceux qui aiment lire : http://www.aikido-geneve.ch/pics/commun/cms/…/145_H.Plee,_Le_Hara.pdf‎

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *