SUUNTO Ambit 2R/2S et la mesure de l’altitude

Je cours depuis 2 ans et demi avec une Suunto Ambit 2R équipée d’un altimètre basé sur le GPS (et pas sur un baromètre). J’ai remarqué que la mesure du dénivelé positif pour un même parcours était très variable d’une fois sur l’autre, jusqu’à plusieurs dizaines de mètres de différence. Comme j’avais des doutes sur la fiabilité de la mesure de l’altitude par GPS, j’ai creusé le sujet…

Mesure de la position

Au démarrage, l’acquisition du signal GPS ne prend en général que quelques secondes si vous êtes en zone dégagée. Rappelons que le GPS ne se met en route que s’il peut établir la connexion avec au moins 4 satellites. Dans tous les cas, il est recommandé de synchroniser sa montre sur ordinateur avant une sortie pour récupérer les positions des satellites (les « éphémérides ») et réduire ainsi le temps d’acquisition du signal.

En plus de 360 sorties, j’ai eu seulement deux fois une trace totalement erronée, les deux fois au Canada lors des visites de Toronto et Québec (compréhensible pour le centre de Toronto qui est constitué de grattes-ciels, un peu moins pour Québec) :

A part ces deux « incidents », les traces GPS sont de bonnes qualité, sans erreurs manifestes de mesure, y compris en ville ou en montagne.

Les esprits chagrins noteront qu’au niveau de zoom maximum, la trace GPS ne suit pas parfaitement la route :

mais n’oublions pas que la technologie GPS donne une information fiable de 5 à 10 m près. Espérons que Galileo fera mieux 🙂

Je pense donc que le GPS Suunto est excellent pour mesurer la position. Mais qu’en est-il de la mesure de l’altitude ?

Mesure de l’altitude en couverture optimale

D’après une carte avec courbes de niveaux, j’habite à un altitude de 48 m (oui, à Bruxelles, ça ne monte pas très haut), en terrain dégagé, et donc avec une bonne couverture GPS. Voici un relevé de mes 16 dernières sorties avec :

  • l’altitude réelle (48 m),
  • l’altitude mesurée au départ,
  • l’altitude mesurée à l’arrivée.

Au départ, on retrouve une erreur moyenne de +10 m oscillant entre -8 et +22 m. A l’arrivée, la mesure se rapproche un peu de la valeur réelle : erreur moyenne de +6 m oscillant entre -4 et + 21m. L’écart entre la mesure au départ et celle à l’arrrivée varie de -5 à +26 m.

J’ai observé que la mesure de l’altitude par GPS met du temps à se stabiliser au démarrage. Idéalement, attendez quelques minutes avant de démarrer et profitez-en pour faire quelques étirements… C’est d’ailleurs ce que j’ai commencé à faire lors des dernières sorties comme vous pouvez le constater sur le graphe.

La mesure de l’altitude en mauvaise couverture

Si le terrain est dégagé devant mon domicile, c’est loin d’être le cas devant mon bureau qui est dans une rue encadrée de bâtiments de 7 à 8 étages, ce que l’on appelle un canyon urbain.

D’après les courbes de niveau, le point de départ se situe à environ 55 m. Comme je cours très souvent avec le possesseur d’une Suunto Ambit 2S (elle-aussi équipée d’un altimètre GPS), je vous offre pour le même prix un comparatif des mesures Ambit 2S / 2R :

Commençons par enfoncer une porte ouverte : quand la couverture GPS est mauvaise, la mesure de l’altitude par le GPS est mauvaise 🙂 Mais autant la mesure de la position géographique reste très correcte, celle de l’altitude devient franchement erronée :

  • entre -5 et +62m pour la 2S avec une erreur moyenne de 22 à 30 m,
  • entre -7 et +58 m pour la 2R avec une erreur moyenne de 20 à 37 m.

Là encore la mesure à l’arrivée est meilleure (je devrais dire moins mauvaise).

Dernier enseignement : le GPS de l’Ambit 2S et celui de l’Ambit 2R ont des comportements différents pour deux gars qui courent à 1/2 m de distance l’un de l’autre. Ne me demandez pas pourquoi, je n’en ai pas la moindre idée et je suis surpris (Suunto le serait peut-être aussi :-)). Peut-être une version plus récente de la puce GPS ?

La mesure du dénivelé positif

Si la mesure instantanée de l’altitude est sujette à des variations importante, il n’est pas surprenant que la mesure de dénivelé positif le soit aussi. Prenons une sortie récente : 6 tours d’un circuit de 3,6 km avec une montée, du plat et une descente (idéal pour un fartlek). Le profil d’altitude sur Movescount donne ceci :

Les 6 tours sont rigoureusement identiques sur le terrain mais la trace diffère d’un tour à l’autre et est très bruitée. Quand on regarde les chiffres donnés par Movescount, on hallucine. Voici ce que me donne le tour par tour :

En faisant la somme des ascensions (D+) et des descentes (D-), on obtient ces valeurs :

  • D+ = 357 m
  • D- = 352 m

Maintenant, en examinant la synthèse, voici ce que Movescount dans sa grande sagesse retient :

Si vous y comprenez quelque chose, n’hésitez pas à me faire un commentaire. Moi j’y perds mon latin…

Et au final, il est de combien mon dénivelé ??? Exportons le fichier GPX et intégrons-le dans l’outil VisuGPX qui permet de recalculer l’altitude correcte en utilisant une base de données internationale et en lissant l’altitude par une moyenne glissante des 5 dernières valeurs. Le profil corrigé est le suivant :

ce qui donne au final :

Finalement pas si éloigné de la valeur totale calculée par Movescount dans la partie Tour par Tour…

Regardez dans Movescount, vous constaterez de vous-même que les valeurs Ascension et Descente sont totalement différentes entre la partie « Synthèse » et la partie « Tours ». Je ne sais pas dire laquelle est la plus fiable. Parfois la version « Synthèse » est meilleure, parfois la version « Tours ». J’ai l’impression que si vous déclenchez des tours, l’information « Tours » est plus fiable, sinon il vaut mieux faire confiance à la partie « Synthèse ». Il existe un problème du même type sur la durée…

Prenons un autre exemple de calcul délirant réalisé par Movescount en comparant les 20 km de Bruxelles 2014, 2015 et 2016. Voici tout d’abord les profils :

  • 2014 mesuré avec une Ambit 2R

  • 2015 mesuré avec une Ambit 2R

  • 2016 mesuré avec une Ambit 2R

  • 2016 mesuré avec une Ambit 2S

A voir les profils, on pourrait croire que le parcours diffère chaque année et varie même au fil de la journée 🙂 (le début du parcours en 2016 était tout de même différent de 2014 et 2015). Si je compare maintenant les valeurs Movescount données dans la partie « Synthèse » et la partie « Tours » avec la valeur recalculée dans VisuGPX, j’obtiens le tableau suivant :

Et un altimètre barométrique, ça vaut quoi ?

Coup de chance, mon frère court avec une Suunto Ambit qui est équipée d’un altimètre barométrique. J’ai donc pu récupérer certaines de ses données (j’en attends d’autres, je complèterai l’article en conséquence).

Commençons par remarquer qu’un profil d’altitude réalisé par un altimètre barométrique est moins bruité qu’avec un altimètre GPS :

A première vue, la différence entre les vues « Synthèse » et « Tours » existe toujours mais est plus limitée.

J’ai fait le même exercice de comparaison avec les altitudes départ / arrivée sur plusieurs sorties et on observe une plus grande stabilité de la mesure :

Dernier point de vérification : j’ai comparé par VisuGPX le dénivelé positif de quelques traces GPX brutes avec les traces GPX retravailléee et la différence est beaucoup plus faible (moins de 10% à vue de nez).

L’altimètre barométrique semblerait donc beaucoup plus fiable.

Conclusion

Comme indiqué en début d’article, une mesure de position GPS est fiable de 5 m à 10 m près. Si cela n’a l’air de rien sur le plat, cela choque beaucoup plus en terme d’altitude. Les erreurs s’accumulent à chaque mesure, ce qui créé au final un profil très bruité, très sensible aux erreurs de mesure. Il suffit de comparer les différents exemples sur le 20 km de Bruxelles pour s’en apercevoir.

Movescount est complètement foireux sur la mesure de Dénivelé + / -. Je vais envoyer un mail à Suunto pour avoir des explications de leur part … s’ils daignent me répondre.

Donc, si vous voulez une information de dénivelé fiable, exportez votre trace GPS dans un fichier GPX et réintégrez ce fichier dans l’outil VisuGPX avec les options suivantes :

A noter que cela fonctionne avec une trace GPX qui n’a aucune information d’altitude. Dit autrement : vous n’avez pas besoin d’altimètre GPS. 🙂 VisuGPX est malheureusement limité à des fichiers GPX de 2 Mo mais d’autres outils existent…

Ma recommandation serait donc la suivante :

  • Si vous voulez simplement analyser a posteriori le profil de vos sorties et calculer le dénivelé positif, n’achetez pas une montre sous prétexte qu’elle a un altimètre GPS mais assurez-vous
    • soit que que vous pouvez exporter vos traces en format GPX,
    • soit que l’outil de suivi que vous utilisez retravaille de lui-même les profils de parcours comme le fait VisuGPX;
  • Si vous avez vraiment besoin d’une information d’altitude fiable en temps réel, alors choisissez une montre avec un altimètre barométrique :
    • il est plus fiable,
    • il fonctionne tout le temps, couverture GPS ou pas,
    • il fournit une information météorologique basique (possibilité d’anticiper un orage, la pluie),
    • il consomme peu la batterie.

Un altimètre barométrique a deux inconvénients majeurs : il nécessite un ré-étalonnage à chaque sortie et est réservé à des montres qui sont largement plus chères.

A vous de voir…

Ce contenu a été publié dans Journal, Matériel. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *