AmsTramTrail, Trail des Bosses – 9 février 2013

Samedi, nous avons couru – comme prévu – notre premier trail : le Trail des Bosses. Annoncé à 44 km 500 par les organisateurs, nous l’avons mesuré légèrement en dessous de 44 km sur nos deux GPS. Cela ne change pas grand-chose. Quant aux 21 bosses annoncées, elles étaient bien présentes. 920 m de dénivelé mesuré.

Le premier objectif de l’année est passé, mais notre temps est en-deçà de notre objectif. Nous visions moins de 5h30 et nous avons mis 5h55, classement minable : 132 sur 152 🙁

Inutile de dire que nous ne souscrivons pas à la maxime du bon Baron de Coubertin : non, l’essentiel n’est pas de participer, l’essentiel est d’atteindre ses objectifs !! Disons que nous sommes un peu déçus (surtout mon frère qui a dû traîner son boulet d’aîné sur le parcours et le convaincre de terminer le parcours).

  • L’organisation

Un grand bravo aux organisateurs : un fléchage impeccable sur les 45 km du parcours, deux excellents ravitaillements judicieusement disposés (20 km et 32 km), un buffet roboratif à l’arrivée. Le premier 1,5 km de la course avait même été salé. Heureusement car les routes au départ étaient totalement verglacées. Pas de médailles à l’arrivée mais une tasse pliable et un foulard en souvenir. Sympa et pratique. Le tout pour 12 Euros, avec le sourire de tous les bénévoles : BRAVO.

  • Le parcours

Le parcours alternait passages dans les bois, sur route et dans des prairies humides. La boue était omniprésente. Quant aux 21 bosses, seulement 3 d’entre elles étaient vraiment difficiles, notamment la troisième impossible à monter sans l’aide des cordes placées par l’organisation. Les premiers et les derniers 10 km dans les bois étaient agréables, le reste du parcours un peu moins intéressant, beaucoup de prairies humides, souvent en dévers. Epuisant…

Les départs du 25 km et du 45 km avaient lieu en même temps. Résultat : peu de temps après l’entrée dans les bois, embouteillage soudain … sans raison apparente. Après avoir piétiné quelques minutes, l’explication : une FLAQUE DE BOUE !!! Horreur !!! Tous nos coureurs du dimanche se contorsionnent pour l’éviter d’où le ralentissement. 🙂 Comme la première grosse côte démarrait une centaine de mètres plus loin, l’écrémage s’est immédiatement fait et nous n’avons plus eu de soucis. Quant à ceux qui avaient peur de salir leur chaussures, je pense qu’ils ont dû souffrir ensuite. Il n’était pas rare de s’enfoncer jusqu’à la cheville, voire mi-mollet. Il serait sans doute plus judicieux d’échelonner les départs du 66, du 45 et du 25 km (9h, 10h et 11h au lieu de 9h et 11h). Voici la trace GPS :

  • Le matériel

Veste Gore-tex : parfaite. Malgré le froid et l’humidité, je n’ai jamais eu froid tout au long du parcours avec simplement un maillot manches longues dessous.

Chaussures : très bien. Pas d’ampoules, ont bien tenus au pied … et ont même résisté à la succion de la boue. J’avais tout de même mal sous le gros orteil du pied droit et l’impression d’être en déséquilibre au bout de 25 km. Hasard ou non, je me suis tordu 2 fois la cheville droite, heureusement sans gravité. Je vais creuser ce point-là d’ici les Crêtes de Spa, peut-être en essayant d’ajouter une semelle.

Sac : je suis parti avec un sac à dos Décathlon de type Camel back … sans poche à eau et une ceinture porte bidon. Le sac à dos contenait mes réserves de nourriture qui se sont avérées inutiles vue la qualité des ravitaillements de l’organisation. Lors de la prochaine course, camel-back AVEC poche à eau.

Chaussettes : j’ai pris des chaussettes de contention Décathlon et je ne suis pas satisfait. Elles me serraient beaucoup trop et j’ai dû les baisser pendant la course. A noter que j’avais déjà des doutes sur leur confort pendant mes entraînements. J’ai quand même choisi de les prendre pour la course. Mauvaise idée.

  • Les impressions

Pendant la course, j’ai manqué de jus après m’être épuisé dans les prairies humides aux alentours du 20ème kilomètre.

A 27 km, le parcours du 45 km se séparait à nouveau de celui du 25 km et la tentation était grande de rentrer directement. Ce coup de blues a duré le temps d’un coup de pied aux fesses de mon frère et j’ai fini la course à une allure de sénateur : marche dans les montées, trottinage sur le plat et les descentes. J’ai fini la course en quasi-fringale (le monsieur à l’arrivée s’est même inquiété de mon état en voyant ma tête :-)) et j’ai fait grand honneur au buffet d’arrivée.

Le lendemain et le surlendemain, grandes difficultés à descendre les escaliers ou m’accroupir, le dessus des cuisses étant très douloureux. Pour le reste, ça va. J’avais fini le marathon du Médoc dans un pire état.

  • CONCLUSION

Superbe organisation même si le parcours est un peu lassant sur le 2ème tiers de la course. Nous reviendrons très probablement l’année prochaine.

Côté entraînement, j’ai tenu la distance mais ai manqué de jus et il m’a clairement manqué des entraînements en côte. Je ferais un post plus précis sur ce sujet dans les prochains jours.

Ce contenu a été publié dans Courses, Journal. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à AmsTramTrail, Trail des Bosses – 9 février 2013

  1. Antoine dit :

    Agréable de vous lire! Bonne continuation dans la c-à-p et le trail. Nous nous croiserons certainement lors de prochains rendez vous sportifs vu que nos objectifs à court (Trail Crètes de Spa…. ) et moyen-long terme (UTMB) sont les mêmes. N’hésitez pas à faire un tour sur mon blog http://runasyouare.wordpress.com/, certes moins alimenté que le vôtre! A + Antoine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *