Voyage en Suisse et à Chamonix – Août 2019 (1/3)

Comme promis dans mon compte-rendu de la CCC, voici un résumé de nos vacances estivales. Elles ont été planifiées pour me permettre de monter en puissance avant la course :

  • une semaine de visites culturelles en Suisse,
  • une semaine en montagne dans les Alpes Suisses,
  • une semaine à Chamonix avec la CCC en apothéose.

Pour alléger, je vais publier un article par semaine de vacances. N’attendez pas trop de détails sur l’histoire locale (je préfère renvoyer à la page Wikipedia, n’oubliez pas de suivre les liens), les musées ou châteaux (que nous avons peu visités) et encore moins sur les restaurants. Nos vacances sont rarement placées sous le signe de la gastronomie mais celles-ci ont été pires que tout. Un peu la faute à la Suisse : le moindre plat de pâtes ou la plus petite pizza coûtent 25 CHF, donc proche de 25 Euros. Ça fait cher…

Avant tout des photos, quelques petits trucs et peu de commentaires.

Bon voyage !

Vendredi 9 août 2019 / Bruxelles – Troyes / 350 km

Pour éviter les bouchons du départ et couper la route en deux (en vieillissant je supporte de moins en moins les longs trajets en voiture), nous décidons de partir un jour plus tôt et de nous arrêter à Troyes, la capitale de la Champagne (je refuse de débattre avec les habitants de Reims et d’Epernay, les deux villes qui se battent pour le titre de capitale du champagne).

Troyes est principalement connue pour deux choses :

  • ses magasins d’usine en périphérie (très peu pour moi, en dehors du Décathlon où j’ai acheté en catastrophe le sac avec lequel j’ai couru la CCC),
  • son centre historique remarquablement conservé … et en forme de bouchon de champagne 🙂

Nous avons couché à l’hôtel IBIS Budget situé Boulevard du 14 Juillet. Le confort est spartiate (chambre petite, pas de climatisation) mais l’hôtel est propre, très bien situé avec un parking privatif à l’arrière … et pas cher. Acceptable pour une nuit.

Nous avons suivi le parcours proposé par l’Office du Tourisme (des cartes sont disponibles dans les hôtels). 7,5 km que nous avons fait tranquillement en 3 heures. Voici quelques photos glanées sur le parcours :

Une très bonne surprise, une ville très agréable, idéale pour un week-end. N’hésitez pas !

Samedi 10 août 2019 / Troyes – Pérouges – Genève / 510 km

En route pour la Suisse, nous décidons de faire un petit détour de 70 km pour passer un moment dans l’un des plus beaux villages de France : Pérouges. Nous connaissions déjà mais avions envie d’y repasser. La visite du village est assez rapide (une rue fait le tour) mais nous profitons du beau temps pour manger sur place avant de reprendre la route. Là encore un chouette endroit à visiter si vous passez du côté de Lyon.

(vous aurez reconnu une andouillette qui est à la cuisine française ce que Léonard de Vinci est à la peinture)

Nous arrivons en milieu d’après-midi à Genève où nous avons prévu passer deux nuits à l’hôtel IBIS Genève Centre-Gare. L’hôtel est refait à neuf, très proche à pied du centre mais, contrairement à ce qui est indiqué sur Booking, n’a pas de parking. Le parking public le plus proche est à la gare de Cornavin à 600 m à pied. Pas super pratique mais heureusement nous avons de la chance : une place de parking se libère juste devant l’hôtel et nous ne devons payer le stationnement que jusqu’à 19h00. Il est gratuit ensuite jusqu’au Lundi 9 heures. Payer n’est d’ailleurs pas si simple que cela : nous n’avons pas encore d’argent suisse et sommes obligés de télécharger et installer l’application de paiement PayByPhone. Si vous pensez stationner en Suisse, je vous conseille de vous y prendre à l’avance. Les policiers sont assidus et les amendes dissuasives.

Sans le savoir nous sommes arrivés le jour de la fête de Genève : les rues du centre sont totalement interdites aux voitures en prévision du feu d’artifice qui se déroule le soir sur le Lac Léman. En attendant, nous en profitons pour visiter le centre historique qui est sans intérêt, sans âme (un peu comme toute la ville). Je mets quelques photos juste pour prouver que nous y sommes bien passé 🙂


Le feu d’artifice dure 45 mn et est censé être un spectacle pyrotechnique avec musique. Dans les faits, c’est une débauche de fusées presque sans aucun lien avec la musique. Impressionnant, un bon gaspillage d’argent public mais sans âme encore une fois.

Dimanche 11 août 2019 / Genève / 0 km

Nous passons une journée agréable à marcher dans Genève en suivant le bord du Lac Léman jusqu’au Jardin Botanique avant de revenir par le bâtiment des Nations unies :

Distance totale: 12.16 km
Altitude maximum: 478 m
Altitude minimum: 387 m
Télécharger


Le temps est superbe, l’eau du Lac Léman très pure (nous n’avons malheureusement pas pris nos maillots de bains). Le coureur que je suis imagine sans peine fouler ces chemins. Nous passons une journée très agréable mais cela ne change guère notre avis sur Genève : pas très intéressante, sans âme. Si vous voulez vraiment visiter, un jour est très largement suffisant et inutile de vous faire racketter par les hôtels et restaurants en séjournant sur place.

Lundi 12 août 2019 / Genève – Lausanne / 80 km

Il a fait un gros orage pendant la nuit et le temps est un peu maussade, dommage pour les photos. Sur la recommandation du guide Michelin, nous suivons la route de la côte :

Coppet est sans intérêt, nous nous y arrêtons uniquement pour prendre un photo du Lac Léman :

Arrêt suivant à Nyon, une ville beaucoup plus intéressante (mais désertique au moment où nous visitons) avec notamment un très joli château (et accessoirement le siège de l’UEFA pour les footeux) et quelques restes de l’époque romaine (n’allez pas à Nyon pour cela).


Peu après Nyon, nous passons ensuite devant le Château de Prangins malheureusement fermé les lundis.

Nous poursuivons notre route sans nous arrêter par ma ville totem jusqu’à Rolle . La ville en elle-même est moyennement intéressante avec seulement quelques vieilles maisons en bord de route mais le château en bord de lac à la sortie de la ville vaut un petit arrêt. Nous en profitons d’ailleurs pour pique-niquer. Sur les conseils pas du tout éclairés du guide Michelin, nous faisons un arrêt à Tolochenaz qui est bof, bof avec seulement quelques grosses maisons blanches de vignerons. Audrey Hepburn y a habité et y est enterrée :
Nous reprenons la voiture pour quelques kilomètres pour passer devant le Château de Vufflens perché au dessus des vignes et qui malheureusement ne se visite pas. Notre dernier arrêt avant Lausanne est la ville de Morges qui possède un château et une grande rue commerçante :

Morges possède aussi une site archéologique inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO : la Grande Cité, un site néolithique construit au bord du lac à l’époque où le niveau de l’eau avait baissé. Malheureusement, ne comptez pas visiter si vous n’avez pas un équipement de plongée : les vestiges sont sous quelques mètres d’eau.

Comme nous n’avons pas pensé à prendre notre équipement, nous n’avons d’autre choix que de reprendre la route pour Lausanne où nous allons passer deux nuits à l’hôtel IBIS Lausanne Centre. Encore un IBIS me direz-vous ? Ultramabouls est-il secrètement sponsorisé par Accor ? Que nenni… Les hôtels IBIS sont « sans surprise » et à un prix pas trop déraisonnable pour la Suisse. Ce ne sera d’ailleurs pas le dernier IBIS de notre périple. Celui-ci est parfait pour visiter Lausanne : il a un parking privatif (sans réservation et avec un nombre de places limitées, il faut donc arriver dans l’après-midi).

Nos avis sur Lausanne sont partagés : ma femme a apprécié, mon fils et moi beaucoup moins. C’est une ville bâtie sur plusieurs collines, attendez-vous à subir quelques grimpettes et descentes importantes. Comme les reliefs n’apparaissent pas sur les cartes de la ville, le chemin le plus court du point A au point B n’est pas toujours le plus facile. Nous profitons de la fin de journée pour faire le tour de la vieille ville et manger un hamburger dans le seul restaurant à un prix abordable (à part une brasserie belge). Il est d’ailleurs pris d’assaut. J’ai du mal à prendre de photos, ce que je vois ne me motive guère et la lumière n’est pas très bonne. Au final, une journée mi-figue, mi-raisin. Le temps était maussade et nous n’avons rien vu de vraiment enthousiasmant.

Mardi 13 août 2019 / Lausanne / 0 km

Comme nous avons déjà bien arpenté la vieille ville la veille, je laisse ma femme et mon fils faire la grasse matinée et j’en profite pour aller trottiner tôt le matin en bord de lac (après avoir descendu 3 km !).

A Lausanne, les transports et les musées sont gratuits pour les touristes (comme dans la plupart des villes suisses). Nous commençons par visiter le Palais de Rumine qui héberge plusieurs musées sympathiques, notamment une magnifique collection de minéraux. Après cette visite nous prenons le métro pour rejoindre Ouchy, la « plage super-classe » de Lausanne. Nous faisons une longue balade le long du Lac, en profitons pour nous baigner et passer devant le musée olympique juste avant sa fermeture (mais nous n’avions pas prévu le visiter). Au final, nous passons une journée très agréable. Un peu de repos avant de reprendre les visites intensives ne fait pas de mal. Lausanne ne nous laissera au final pas un grand souvenir, Ouchy beaucoup plus.

Mercredi 14 août 2019 / Lausanne – Vevey – Gruyères – Fribourg – Berne / 125 km

Journée intensive au programme avec la visite de plusieurs villes. Voici le parcours :Bien qu’amateurs de vin, nous ne traversons pas le vignoble de Lavaux (je ne veux pas être tenté et visiter sans déguster…) mais le contournons :Nous faisons un arrêt express à Vevey (patrie de Chaplin et de Nestlé) pour prendre en photo la fourchette (en face du musée de l’alimentation). Peut-être visiterons-nous la ville dans quelques jours quand nous repasserons à proximité. (la fameuse fourchette est plantée dans le lac, j’ai pris la photo d’un peu trop loin)Si nous avions eu la chance (relative) d’arriver à Genève le jour du feu d’artifice, nous avons manqué de peu la Fête des Vignerons qui a lieu maximum 5 fois par siècle et la précédente fois en 1999. Pas sûr que je la vois un jour…

Le premier arrêt est la ville de Gruyères (dans la région où l’on fabrique le gruyère suisse), une charmante ville médiévale dans un cadre enchanteur : Autre curiosité de la ville : le musée HR Giger le créateur d’Alien. Le café situé en face vaut le coup d’oeil 🙂 Les photos sont interdites si vous ne consommez pas mais vous pouvez en trouver ici.

Nous reprenons la voiture pour Fribourg. où nous nous garons dans le haut de la ville au parking des Alpes (très pratique). La ville est quasi-déserte à notre arrivée et nous commençons à envisager de jeter le Guide Michelin. Si le haut de la ville est un peu tristounet, cela change dès que vous descendez vers la rivière Sarine. Nous finissons la visite par une bonne glace avant de reprendre la route pour Berne où nous arrivons en fin d’après-midi. Je vous le donne en mille : nous avons décidé de loger dans un IBIS, l’IBIS Budget Berne Expo. Comme à Lausanne : bien situé, pas loin du centre ville en tramway (10 mn mais aussi faisable à pied). L’architecte d’intérieur de l’hôtel mériterait la médaille du crétinisme : la cabine de douche est vitrée avec un espace de 2 cm sur le côté, donne directement sur la chambre et, pour être sûr que l’on peut vous voir prendre votre douche, un miroir est placé en face pour ne laisser aucun angle mort. Il ne manque que les miroirs au plafond ! A part ça, l’hôtel est très bien même si il est dans une zone sans intérêt et sans restaurants.

Comme à Genève et Lausanne, on nous remet à la réception une carte nous permettant d’utiliser gratuitement les transports en commun. Vive la Suisse !

Jeudi 15 août 2019 / Berne / 0 km

Nous avons adoré Berne. Il règne dans cette ville une atmosphère très agréable. La rue centrale est bordée d’arcades avec au choix restaurants ou magasins. Un shopping-center à la mode médiévale 🙂 Notons au passage la maison où vécut la célébrité locale :

La vieille ville est nichée à l’intérieur (et au-dessus) d’un méandre de la rivière Aar :

Les fameux ours de Berne existeraient depuis le Moyen-Âge. Même si leurs conditions de vie se sont largement améliorées depuis quelques années, c’est toujours triste de voir de tels animaux enfermés.

L’autre spécialité de la ville est surprenante : les Bernois prennent un malin plaisir à se jeter dans l’eau de l’Aar et à se laisser porter par le courant pour faire le tour du méandre. Un complexe (gratuit !!!) de piscines avec cafeteria, cabines de douche est aménagé sur le bord de la rivière et alimenté par son eau (super froide). Voici un fou qui s’y baigne (mon fils, bientôt suivi par moi-même) :C’est amusant, décalé, un peu à l’image de la ville. Je le répète : nous avons adoré Berne et cette ville vaut vraiment le détour. Dommage que les hôtels y soient si chers.

Vendredi 16 août 2019 / Berne – Thoune – Cascade de l’Entschligen – Gsteigweiler / 120 km

Nous finissons notre première semaine « culturelle » par la visite d’une ville médiévale (Thoune) et, en guise de transition vers notre deuxième semaine de randonnée dans les Alpes, par une petite excursion au bord d’une cascade.

La ville de Thoune est situé au bord du lac du même nom, le long de de la rivière Aar qui passe ensuite à Berne. Je vous conseille de vous garer au parking West Aarestrasse qui est indiqué dès l’entrée de la ville :A la sortie du parking, nous demandons notre chemin à un gentil vieux monsieur qui va nous accompagner  jusqu’à l’entrée de la ville tout en nous conseillant un parcours : prendre l’ascenseur du parking central pour monter au château puis redescendre à pied. Aussitôt dit, aussitôt fait. La ville est très jolie, nous passons environ 3 heures à la visiter. Au passage, nous découvrons une autre spécialité suisse : le « surf-sur-rivière-accroché-à-un-pont-par-un-élastique ». Bientôt une nouvelle discipline olympique ?Comme nous ne récupérons notre chalet B’n’B qu’en fin soirée, celà nous laisse le temps d’une petite randonnée à la cascade de l’Engstligen. Elle n’est absolument pas indiquée et nous galérons un peu pour trouver. Il suffit de suivre la direction du téléphérique « Unter dem Birg » et se garer sur le parking. Vous pouvez ensuite prendre le téléphérique, rejoindre le haut de la cascade et redescendre par un sentier un peu difficile ou, comme nous, aller à pied en bas de la cascade. Voici la trace GPX :

Distance totale: 3.65 km
Altitude maximum: 1504 m
Altitude minimum: 1368 m
Télécharger

et quelques photos. La balade est facile et quasiment plate (nous avons juste escaladé pour nous rapprocher de l’eau). Rien d’exceptionnel mais chouette.

Sur le chemin du retour, un peu avant la ville de Frutigen, nous nous arrêtons pour traverser un pont suspendu. Pas facile à trouver : en redescendant vers Frutigen en provenance d’Adelboden, il faut s’arrêter à côté d’un petit chalet sur la droite, au niveau d’un arrêt de bus (Frutigen, Hohstalden, indiqué sur Google Maps).

Ce point a été fabriqué par une personne qui depuis vit avec sa famille des revenus (que j’estime modestes) générés par « son » pont. Sa devise est la suivante : « j’ai une famille et un pont, que demander de plus à la vie ?« ). La traversée est gratuite, impressionnante et il est de bon ton de verser 1 CHF dans une boite aux lettres à l’arrivée ou, encore mieux, de consommer à leur petit restaurant. Nous y avons pris une glace, le temps de retrouver le courage de retraverser dans l’autre sens 🙂

Nous rejoignons ensuite notre chalet loué sur AirBnB dans le petit village de Gsteigweiler, à proximité d’Interlaken. La route pour y aller est décevante : une autoroute très fréquentée qui longe le superbe lac de Thoune mais avec pratiquement aucun endroit pour s’arrêter. Nous faisons une petite promenade le soir dans le village. Demain, c’est (enfin) la montagne ! Rendez-vous au prochain épisode pour les Alpes Suisses. Croyez-moi, c’est encore mieux que cette première semaine. 🙂

Ce contenu a été publié dans Voyages. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Voyage en Suisse et à Chamonix – Août 2019 (1/3)

  1. Vinh dit :

    Excellent comme d’habitude et j’aime bien ta métaphore « l’andouillette qui est à la cuisine française ce que Léonard de Vinci est à la peinture ». Vive l’andouillette !

    Ce qui m’interpelle le plus c’est que les villes que tu as visitées sont désertes. Les Suisses ne promeuvent-ils pas assez le tourisme et/ou c’est leur niveau de vie trop élevé?

    Sinon certains paysages sont à te couper le souffle.

    • Phil dit :

      Nyon est une petite ville. Pour Fribourg c’était plus étonnant. Berne et Genève étaient par contre remplies de touristes.
      Les Suisses font des efforts pour les touristes, notamment en offrant des cartes de transport gratuites. La vraie barrière est l’argent : 25 Euros la pizza, il faut pouvoir se le permettre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *