Mon stage avec François D’Haene

Voici plus d’un an que je n’ai pas publié d’article, en partie à cause de la pandémie Covid-19. J’ai créé ce blog pour partager des comptes-rendus de courses et l’entraînement d’un « anonyme du peloton ». Et comme les courses étaient annulées les unes après les autres en 2020, j’ai perdu un peu de ma verve littéraire…

J’ai un peu honte de le dire mais cette période difficile a été plutôt bénéfique d’un point de vue trail. J’ai eu la chance d’échapper à la maladie et le passage en télétravail complet m’a permis de dégager plus de temps pour m’entraîner. Même si je n’ai participé à aucune course en 2020, cette année aura été un excellent cru en terme d’entraînement, j’ai fait beaucoup de progrès et j’ai explosé tous mes records. J’y reviendrai dans un prochain article.

Je voulais réserver mon retour aux affaires sur ce blog avec l’événement de ce début d’année (pour moi) : mon stage de trail avec François D’Haene.

C’est une tradition établie depuis maintenant cinq ans, un des meilleurs trailers au monde vient passer trois jours en Belgique (1 soirée de conférence, 2 jours de stage) pour enseigner aux petits belges (et aux français égarés) quelques secrets du trail. Cette visite est organisée par les magasins Trakks dont le fondateur (trailer émérite lui aussi) est un ami de François D’Haene. J’avais fait sa connaissance à l’occasion de l’apéro belge qu’il organise chaque année en prélude de l’UTMB. J’achète régulièrement du matériel dans ses magasins, allez y faire un tour, ils sont souvent de bon conseil car les vendeurs sont eux-même des pratiquants.

Je m’étais déjà inscrit à ce stage il y a deux ans mais je n’avais pas pu y participer à cause de la grippe. L’année dernière j’avais passé mon tour, le mode en itinérance ne me plaisant pas trop. Le troisième essai a été le bon !

La météo des jours précédents n’était pas très rassurante avec du froid, de la pluie et même de la neige annoncées. Au final, nous avons eu beaucoup de chance : le temps a été sec, frais, mais agréable pour courir avec juste ce qu’il fallait de neige et de boue pour se sentir un guerrier.  Un test PCR négatif de moins de 72 heures était requis de tous les participants ainsi que le port du masque dans tous les endroits clos. Très sérieux et rassurant.

Rendez-vous était pris à 8h30 du matin à proximité de Malmédy. Après un petit briefing de 30 mn avec le héros du jour et quelques étirements, nous voilà partis pour 45 km et 1.500 m D+ entrecoupés d’arrêts/ateliers pendant lesquels François D’Haene nous distillait sa science. Il était par ailleurs accompagné de son responsable « chaussures » chez Salomon. Le midi, nous avons fait une pause dans un chapiteau extérieur devant la Brasserie Belgium Peak Bear où nous avons mangé quelques boulettes de viande (nous ne sommes pas loin de Liège) généreusement accompagnées de la bière locale. En fin de journée je commençais à être bien fatigué, d’autant plus que j’étais totalement à court d’eau, une de mes gourdes ayant percé.

Voici le parcours, qui empruntait largement l’Extratrail Noir de Malmédy (j’ai déjà dit beaucoup de bien des sentiers Extratrail) :

Total distance: 43.6 km
Max elevation: 696 m
Min elevation: 333 m
Download file: Stage FDhaene.gpx

Je n’ai pas pris beaucoup de photos, le rythme étant assez soutenu. Quand nous ne courions pas, nous écoutions religieusement le Maître qui nous faisait souffrir avec quelques exercices.

(je précise qu’il avait emprunté les bâtons à un participant, je ne veux pas qu’il ait des problèmes avec son sponsor « bâtons » à cause de moi :))

Au final, une journée intense où nous avons même escaladé (en courant à plat, c’est la Belgique) le point culminant de la Belgique. Vous trouverez plus de photos sur la page Facebook des magasins Trakks. J’ai aussi discuté avec plusieurs participants et ai trouvé une autre victime de la SaintéLyon 2019 🙂

François D’Haene

Très sympathique, disponible, didactique, humble. Une gentillesse et une proximité étonnante pour un athlète de haut niveau. Il s’est intéressé à chacune/chacun d’entre nous, prenant le temps de répondre à nos questions, de nous observer et nous prodiguer ses conseils (que je reprends plus bas). J’ai un petit peu papoté avec lui et scoop (pour moi au moins) : il pense s’inscrire à la Hardrock et à l’UTMB en 2021.

Ce qui ressort de lui : une grande « coolitude ». La compétition oui, mais pas au détriment de la qualité de vie. A m’en donner des complexes…

Amusant : il n’avait pas couru depuis Noël et a repris l’entraînement à l’occasion des stages. Second scoop qui explique beaucoup de choses : il ne court pas, il vole. Sa foulée est d’une légèreté impressionnante, il passe à côté de vous sans que vous ne l’entendiez arriver. Étonnant.

Le vin de François D’Haene

En plus d’être trailer, François D’haene est aussi vigneron, personnalité de l’année 2020 pour la RVF (voila ce que j’appelle réussir sa vie :-)). Je suis amateur de vin en général, et de Beaujolais en particulier (je célèbre scrupuleusement le Beaujolais Nouveau depuis 30 ans et j’ai été quasiment baptisé dedans étant natif de St-Etienne). Comme la plupart des stagiaires j’en ai profité pour acheter son vin et plus particulièrement :

  • le Beaujolais villages « la Germaine » 2019 : correct, un peu trop acide à mon goût. je conseille de le boire un peu frais
  • le Moulin-à-Vent 2017 : EXCELLENT, j’en ai déjà commandé plus 🙂
  • Coffret collector trail Diagonale des fous : très chouette esthétiquement, pas encore goûté, je le réserve pour un cadeau.

Évangile selon Saint François D’Haene

Voici en vrac ce que j’ai retenu (et compris) :

Entrainement pour trail montagneux en Belgique

  • Varier les allures au cours de la séance (par exemple, pyramide 1mn rapide / 1mn lente puis 2mn rapide / 1mn lente puis 3mn rapide / 1 mn lente et refaire dans l’autre sens)
  • Pour compenser la faible longueur des côtes, « charger » plus les cuisses en faisant des squats en haut des côtes ou en montant à cloche-pied (développe aussi la proprioception).

Technique de montée

  • Penché sur l’avant, petits pas en appuyant sur les cuisses, utiliser des bâtons dès que le terrain le permet (pas trop de pierres)
  • Suivre le terrain autant que possible en évitant les « montées d’escaliers » pour préserver les quadriceps

Utilisation des bâtons

  • En montée normale, accompagner le mouvement des jambes en alternant
  • En cas de « marche » à franchir, soulager les cuisses en s’appuyant fortement sur les deux bâtons
  • En descente, uniquement si le terrain est très accidenté, pour soulager les cuisses
  • Bien attacher les bâtons sur le sac à dos pour qu’ils ne bougent pas en courant. Sur les sac Salomon, les bâtons se rangent dans un sac spécial (https://www.i-run.be/accessoires/B-tons-de-marche_c1017/Salomon_m96/Salomon-Custom-Quiver_Salomon_fiche_58625.html) fixé en diagonale sur l’arrière du sac (petit crochet caché en haut de la bretelle)
  • Les bâtons doivent être un peu plus haut que la position des coudes à 90°

Technique de descente

  • Chercher le terrain en contrôlant la foulée et en évitant les sauts pour épargner l’énergie et éviter les chocs sur les cuisses
  • Penché sur l’avant, petits pas en atterrissant sur l’avant/medio pied (et pas sur le talon) pour profiter au maxium du cramponnage des chaussures et moins glisser. La position penchée en avant « bloque » la cheville et évite les entorses
  • Pieds toujours dans le sens de la descente et pas en position de carres comme sur les skis

Technique de course

  • Réserver une fin de séance 2-3 fois par semaine pour apprendre à courir légèrement, sans faire de bruit. Progrès garanti en quelques semaines

Pieds

Etirements

  • Pas de règles, suivant le ressenti de chacun
  • Éviter les étirements en fin de séance lourde
  • En course, possible de faire 2-3 étirements doux pour redonner de la longueur aux muscles
  • Se concentrer sur les sensations pour voir si un côté est plus tendu que l’autre et accentuer les étirements sur la partie plus tendue pour rétablir l’équilibre
  • Quelques étirements :
    • Cuisses : debout, plier une jambe et tirer avec la main
    • Ischio : jambes écartées, se pencher alternativement sur les côtés en faisant glisser la main sur la jambe
    • Position squat + lever le bout des pieds
    • Fentes

Alimentation

  • Respecter autant que possible le rythme normal (3 repas par jour, à heures fixes)
  • 600 ml de boisson d’effort par heure + 2/3 barres pour les creux
  • Ne pas prendre trop de nourriture et d’eau, prendre le nécessaire pour tenir entre deux ravitaillements
  • Tester à l’entraînement pour trouver quelque chose qui fonctionne et ne pas changer, surtout au dernier moment

Matériel (généralités)

  • Bien se renseigner sur son sac à dos en magasin pour trouver la bonne taille (et éviter les frottements en course) et en connaître les subtilités, notamment au niveau des attaches
  • Tester la totalité du matériel (et l’alimentation) avant la course cible, lors des entraînements et idéalement de courses de préparation.

 

CONCLUSION

Une super journée. Un grand merci à l’équipe Trakks pour cette organisation, à François D’Haene et son ami Félix pour leur présence et leur disponibilité. J’ai eu l’impression de courir avec le pote d’un pote, et pas avec un des meilleurs trailers (et donc athlète) du monde. D’ailleurs je n’ai vu personne lui demander un autographe ou une photo, je trouve que c’est un signe.

Si je peux vous donner un conseil : inscrivez-vous l’année prochaine !

Ce contenu a été publié dans Entrainement, Journal. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.