Suunto Movescount et la mesure du dénivelé (suite)

Voici quelques semaines, je m’interrogeais sur la mesure de l’altitude avec les Suunto Ambit 2R/2S et je signalais une différence importante des valeurs de dénivelés affichées entre la partie « Synthèse » et la partie « Tours ».

Voici un exemple de sortie :

  • la Partie « Synthèse » me montre un D+ de 238 m et un D- de 273m

  • la Partie « Tours  » me montre un D+ de 360 m et un D- de 397 m

Ni une, ni deux, je m’empressais d’adresser un mail (en anglais) au support Suunto et voici leur réponse 3 semaines plus tard (après une première réponse inutile du type « avez-vous bien pensé à synchroniser votre montre ? »):

We would like to inform you that the watch is using larger hysteresis for the ascent/descent calculation. Hence, up- or downhills need to be larger so that they are added to ascent/descent values. This is because GPS altitude has  some error included and the hysteresis needs to be there to avoid adding any error values to the ascent/descent calculation.

While Movescount calculates the ascent/descent values to the lap table afterwards from the logged altitude points. In this case we are using smaller hysteresis and therefore the values are usually larger. This is the method we are using currently.

Pour les non-anglophones et après un peu d’exégèse :

  • Dans la partie synthèse, les informations proviennent de la montre elle-même et celle-ci utilise des paliers pour éviter les données erronées (exemple : une différence de plus de 2 m de dénivelé entre 2 points est considérée comme une erreur de mesure);
  • Dans la partie tours, les dénivelés sont recalculés … mais en utilisant des paliers plus « permissifs » (exemple : seule une différence de plus de 10 m de dénivelé entre 2 points est considérée comme une erreur).

Pourquoi avoir deux modes de calculs ? Dans la partie « tours » (recalculée par Movescount), la durée et la distance sont aussi différentes de la partie Synthèse. Va comprendre, Charles, je renonce à le demander à Suunto.

Mais alors, comment fait Sainte ITRA, la patronne de trailers, pour calculer ses points à partir de traces GPS largement foireuses intégrées dans des outils mystérieux ? Eh bien – et j’aurais du commencer par cela – elle l’explique plutôt bien sur leur site et fournit quelques recommandations. Je vous invite à lire ici.

Les deux points intéressants que je retiens :

[…] si l’appareil est paramétré pour prendre un point toutes les x secondes, lorsque l’on fait une pause, l’appareil enregistre un grand nombre de points au même endroit qui, du fait de l’imprécision de l’appareil, n’ont pas exactement la même latitude, la même longitude et la même altitude, de telle sorte que votre arrêt se transforme en un parcours fictif qui vient allonger artificiellement la distance et le dénivelé de votre course. Pour toutes ces raisons, nous conseillons de paramétrer votre appareil pour qu’il relève un point tous les 10 mètres.

[…] il est nécessaire de lisser la courbe d’altitude en calculant une moyenne glissante qui ne prend pas en compte les différences de dénivelé entre les points tant qu’elles sont inférieures à un seuil donné. La valeur de ce seuil est fixée en fonction du type de GPS.  Les valeurs choisies par l’ITRA résultent de l’expérience acquise au cours de plusieurs années d’expérimentation, de la comparaison des données fournies par plusieurs instruments différents pour un même parcours et par l’observation des différentes méthodes utilisées dans le monde de l’outdoor. Le seuil retenu est de 3 pour les GPS disposant d’un altimètre barométrique ; il est de 10 pour les GPS ne disposant pas de baromètre altimétrique.

Jusqu’à présent, j’enregistrais un point GPS toutes les secondes. Relever un point tous les 10m correspond à un relevé toutes les 3,6 secondes en supposant courir à 10 km/h. Je vais donc passer à un délai de 5 secondes.

Concernant les altitudes, je vais continuer à utiliser VisuGPX, mais avec les paramètres suivants :

L’option « Remplacer les altitudes » que j’utilisais jusqu’à présent reprend les données SRTMv3  de la NASA qui ont un maillage d’environ tous les 30m. Un peu trop grossier.

Suite au prochain épisode…

 

Ce contenu a été publié dans Journal, Matériel. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *