Trail de Spa – 28 mars 2015

Je suis resté discret ces dernières semaines sur ma participation au Trail de Spa, principalement à cause d’une préparation très perturbée qui m’a fait hésiter jusqu’aux dernières heures à prendre le départ. Pour résumer mes malheurs :

  • 3 semaines de coupure totale fin Janvier / début Février à cause d’une grosse bronchite (bis repetita après celle de Décembre),
  • 1 infection dentaire qui m’a mis KO quelques jours 2 semaines avant la course.

Résultat : 200 km de moins dans les jambes par rapport à l’année dernière et surtout seulement deux sorties (à peine) au-delà de 20 km.

TrailSpa2015

Seul point positif : un bon mois de Mars à 4 sorties par semaine et une vitesse moyenne en augmentation de 1 à 1,5 km/h sur les mêmes parcours.

Finalement, j’ai pris le départ et j’ai fini en 8h09, soit 56 mn de plus que l’année dernière.

Le parcours

Quasi-identique à celui de 2014 à l’exception du départ qui rajoutait une petite côte pour se mettre en jambes d’entrée. Mais, contrairement à l’année dernière, les dieux de la météo n’étaient pas avec nous. Si le départ s’est fait sous un beau soleil, la pluie s’est invitée au bout de 2h30 de course. Les sentiers étaient très boueux et il était quasi-impossible de courir dans certains passages. Mes semelles étaient trop lisses et j’ai dû me prendre une dizaine de gamelles. J’ai fini totalement épuisé, couvert de boue, mais content d’avoir terminé quand même, dans un temps correct au vu de mon manque d’entrainement et des conditions climatiques. Deux jours après la course, j’ai encore l’impression d’avoir des planches de bois à la place des cuisses 🙂

Voici la trace GPS (récupéré sur le site des Crêtes de Spa suite à un problème sur ma montre) :

L’organisation

Comme l’année dernière, organisation parfaite. Le fléchage par rubalise ne laissait aucun doute possible sur le chemin à suivre. Aucune indication kilométrique en dehors des ravitaillements mais je préfère ne pas savoir. Les ravitaillements étaient très bien pourvus. J’étais parti léger avec 1,5 l d’eau et quelques gels Isostar, ce qui était largement suffisant.

Le matériel

Encore une fois, j’ai joué la prudence et couru avec du matériel éprouvé. Ma vieille paire de Mizuno Ascent 7M  a fini à la poubelle après la course. Je cherche encore les remplaçantes.

Petite déception avec ma Suunto Ambit 2R : la batterie m’a lâché au bout de 7h20 de course (à 51 km), il me manque donc la fin de parcours. Grrrrr…. 🙁 A noter que Suunto annonce une autonomie de 8 heures.

J’avais oublié de changer la fréquence d’acquisition du GPS de 1 à 5 secondes avant le départ et, comme ce paramétrage n’est accessible que via l’ordinateur (un défaut de la montre), je n’ai pas pu le changer avant le départ.

Conclusion

C’est une très belle course que je recommande à tous les trailers. Malheureusement elle ne semble plus qualificative pour l’UTMB.

Mon programme pour les prochaines semaines :

Et mes ambitions CCCesques ou UTMBesques dans tout cela ? Elles en ont pris un sérieux coup :

  • mon frère m’a abandonné et c’est moralement difficile de courir seul de telles distances;
  • cela fait 2 ans de suite que des pépins physiques perturbent ma préparation. L’année dernière une périostite m’avait interdit de participer à l’UTPMA; cette année 2 bronchites successives ont interrompu 2 fois 3 semaines ma préparation;
  • comme indiqué précédemment, il n’y a pratiquement plus aucune course qualificative pour l’UTMB en Belgique;
  • les longs entrainements sont difficiles à faire accepter par ma petite famille.

Je serais donc plutôt enclin à limiter mes prestations à des distances ne dépassant pas le semi-marathon. Je me laisse jusqu’à fin Mai pour décider…

Une chose est probable : je serai présent à Spa dans un an, mais peut-être seulement sur le 21 km. 🙂

Ce contenu a été publié dans Courses, Journal. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *