Échappée Belle Intégrale / J-12 jours

Dans 2 semaines, j’en aurai – quoiqu’il arrive – fini avec l’Échappée Belle, la barrière horaire finale étant le Dimanche 22 Août à 12h00, 54 heures après le départ vendredi 20 Août à 6h00 du matin.

Comment me suis-je entrainé ?

Plutôt bien :

  • Avant l’UTPMA, j’avais couru 1.370 km et 25.000 m D+ depuis le début de l’année,
  • Avant la CCC, 1.560 km et 33.000 m D+,
  • le 8 Août, j’en suis à 2.500 km et 44.000 m D+.

Pour parfaire mon entrainement, il me reste 10 jours que je vais passer dans les Alpes, au pied du massif de Belledonne, à Allemond. L’objectif est de m’acclimater à l’altitude (la course comprend 40km consécutifs au dessus de 2 000 m et de nombreux cols à plus de 2 400), prendre le rythme de la marche en montagne tout en me reposant. Je ne pense pas beaucoup courir, peut-être trottiner un jour sur deux maximum. Ce type d’affûtage m’avait réussi avant la CCC.

Plutôt bien … mais pas aussi bien que je le planifiais  dans un précédent article :

  • les 4 cycles de 100/120/140/80 km par semaine (3 semaines de montée en puissance + 1 semaine de repos) ? J’ai fait plusieurs semaines à 100 km mais pas plus;
  • faire au moins une sortie longue (>50 km) par mois dans les Ardennes belges ? On oublie, j’ai uniquement fait 5 sorties de plus de 30 km et 3 de plus de 40 km;
  • faire un séjour de 1 semaine de randonnée en autonomie dans les Pyrénées en Juillet ? La semaine s’est arrêtée brutalement à la fin du 3ème jour suite à la dégradation de la météo (de la neige annoncée sur notre parcours !);
  • faire du renforcement musculaire quotidien, principalement au niveau des cuisses (squats) et de la ceinture abdominale (planche) ? Quotidien ??? Je n’avais pas dit mensuel ???
  • les courses de préparation ? Elles sont toutes tombées à l’eau :
    • j’étais en liste d’attente sur le Trail des Cisterciens le 1er Mai (il a bien eu lieu) mais j’ai appris que je pouvais le courir juste après avoir pris RV pour ma première vaccination Covid-19. Je n’ai donc pas participé;
    • l’OHM Trail 80 km a été annulé;
    • je ne me suis pas présenté à l’Ecotrail de Paris le 3 Juillet après avoir été blessé en Juin.

Comme d’habitude, j’ai plein d’excuses : la météo, la vaccination Covid-19 et les blessures, le travail et beaucoup trop d’ambitions quant à mes capacités réelles d’entrainement (140 km en une semaine, même pas en rêve !).

Quel objectif de temps ?

Parlant d’ambitions démesurées, ne me suis-je pas vu trop beau en m’inscrivant à cette course ? Pour être honnête, je stresse beaucoup et une partie de moi ne serait pas vraiment déçue si la course devait être annulée au dernier moment. Le syndrôme UTPMA est de retour 🙂 Par contre, pas question d’abandonner !

J’ai utilisé différentes méthodes de calcul pour évaluer mon objectif.

Comme indiqué sur le site :

« Multipliez par 1,5 à 2 le temps que vous mettez sur cette distance sur un trail classique ! »

Sachant que j’ai couru la CCC à l’étourdissante vitesse moyenne de 4,3 km/h, je pourrais donc viser entre 50h30 (3h30 avant la barrière horaire) … et 67h00 (je serais donc arrêté en plein élan pendant la course).

J’ai fait plusieurs prévisions en me basant :

  • sur le temps du premier (je mets en principe environ deux fois plus de temps que le premier);
  • sur les temps du premier / dernier du 2ème tiers de la course (mon niveau « habituel »),
  • sur les temps des coureurs ayant des performances ITRA proches des miennes (en reprenant une à une les fiches ITRA de l’édition 2020 à partir d’un temps de 48h);
  • sur les performances comparées des coureurs ayant couru UTPMA et Échappée Belle ou CCC et Échappée Belle.

Toutes ces méthodes me donnent un meilleur temps possible de 50 heures, mais j’oscille plutôt entre 52 et 54 heures. Rik-rak…

En bon maniaque d’Excel j’ai aussi fait un calcul scientifique qui, pour chaque tronçon du roadbook, calcule une vitesse moyenne en fonction :

  • du dénivelé,
  • de la difficulté du parcours selon l’organisateur,
  • de mes vitesses ascensionnelles « réalistes » basées sur l’UTPMA, la CCC et ma récente randonnée dans les Pyrénées (avec un sac de 15 kg sur le dos).

J’en arrive au tableau de marche suivant qui me ferait terminer en 49h44′ :

Je sais, c’est idiot mais « rationaliser » contribue à ma préparation psychologique, cela me rassure. 🙂 (Je peux envoyer mon tableau Excel à celles ou ceux que ça intéresse).

Conclusion

Mon seul et unique objectif est d’être finisher, le temps importe peu.

Pour me donner toutes les chances de réussir, je vais essayer de conserver minimum 2 heures de marge sur les barrières horaires.

Au niveau des ravitaillements je prévois de rester le minimum de temps aux « petits » ravitaillements (15 mn max). Je préfère continuer à marcher tout en m’alimentant plutôt que de m’arrêter. Je prévois de rester plus de temps aux deux bases vies (R5 – Le Pleynet et R8 – Super Collet) pour recharger téléphone et montre, me laver, me changer (j’aurai mon sac de délestage), manger un plat chaud et peut-être dormir un peu. Je gérerai mon temps d’arrêt en fonction de la marge de deux heures que je veux conserver sur les barrières horaires.

Plus important que tout : ne pas se blesser bêtement et vue la difficulté du parcours, il va falloir resté concentré en permanence.

L’objectif est très très ambitieux au vu de mes capacités mais je suis bien mieux entraîné qu’avant la CCC. Donc faisable mais tendu. Rendez-vous dans 2 semaines !

Ce contenu a été publié dans Courses, Entrainement, Journal. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Échappée Belle Intégrale / J-12 jours

  1. Etienne dit :

    Courage. On y croit !

Répondre à Etienne Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *