Comment choisir une chaussure de running ?

Un grand merci à Monsieur Nicolas Poiré, podologue sur Bruxelles, qui m’a permis de reprendre in extenso son article sur la bonne manière de choisir une chaussure de running. Vous trouvez plein d’autres informations utiles sur son site.

Je retiens plus particulièrement des descriptions de plusieurs pathologies classiques pour les coureurs :

Ne vous laissez pas pourrir la vie par une douleur et allez consulter !

Moi, c’est fait 🙂

 

La chaussure de course à la loupe

Pour bien choisir ses chaussures, il faut avant tout bien connaître son pied. Tous les coureurs n’ont pas la même foulée. Que votre pied soit pronateur, supinateur ou universel, les marques de sport adaptent des modèles à chaque type de foulée.

On choisit ses chaussures de course selon 6 critères :

  • Son type de foulée,
  • Sa pointure,
  • Son poids,
  • La fréquence d’entraînement,
  • Les sensations recherchées,
  • le type de terrain de course.

Répondre à ces critères lors du choix de vos baskets permet d’éviter les blessures à long terme.

1. Soyez attentif à votre type de foulée

Les appuis sont différents selon le type de foulée. Le podologue pourra déjà en regardant les zones d’usure de la basket usagée déterminer votre type de foulée.

Le pied supinateur

Le pied supinateur attaque le sol sur le bord externe du talon. Le milieu de phase d’appui est caractérisé par une bascule insuffisante en pronation. Le pied se déroule donc sur le bord externe de la chaussure.

Le pied supinateur attaque le sol sur le bord externe du talon. Le milieu de phase d'appui est caractérisé par une bascule insuffisante en pronation. Le pied se déroule donc sur le bord externe de la chaussure.

Le pied universel

Le pied universel effectue une pronation suffisante de 4°, la palette métatarsienne s’étale progressivement au sol pour finir le pas sur le premier rayon. le temps d’appui est long sous les têtes métatarsiennes médiales ce qui explique une usure centrale de la basket.

Le pied universel effectue une pronation suffisante de 4°, la palette métatarsienne s'étale progressivement au sol pour finir le pas sur le premier rayon. le temps d'appui est long sous les têtes métatarsiennes médiales ce qui explique une usure centrale de la basket.

Le pied pronateur

Le coureur pronateur se distingue par des appuis internes excessifs qui découle d’une hypermobilité du pied en pronation (> 4°).

Le coureur pronateur se distingue par des appuis internes excessifs qui découle d'une hypermobilité du pied en pronation (> 4°).

2. Sa pointure

Lorsque vous courez, votre pied glisse sur la semelle intérieure pour avancer de plusieurs millimètres, voire d’un centimètre. Vous devez donc vous assurer quand vous essayez une chaussure que vos orteils ne butent pas sur l’avant. Sinon, gare aux ampoules et aux ongles noirs ! En général, il faut laisser un centimètre entre les orteils et le bout de la chaussure.

3. Son poids

On ne choisit pas le même modèle selon que l’on pèse 60 ou 90 kg. Au dessus de 80kg, il est conseillé de donner la priorité à l’amorti, de privilégier une gomme plus ferme et épaisse au niveau du talon. Les athlètes qui font moins de 80 kg doivent eux tenir compte d’autres critères comme la fréquence à laquelle ils courent ainsi que le type de terrain sur lequel ils courent. Ils peuvent adopter des chaussures très légères pour la compétition (entre 150 et 250 grammes), ce que ne peuvent pas faire les autres.

4. La fréquence d’entraînement

N’attendez pas la blessure pour changer vos runnings. Pour le remplacement de vos chaussures, comptez en terme de kilomètres, pas de semaines ou mois. Si vous ne voulez pas changer de runnings trop souvent, il vous est conseillé de plutôt choisir des chaussures à semelle extérieure épaisse. Elles vous permettent de courir entre 1500 et 2000 kilomètres, soit les changer après environ 1 an si on coure 30km par semaine. Pour les plus légères, comptez 500 kilomètres maximum.

5. Les sensations recherchées

Malgré ses qualités de dynamisme, stabilité, amorti, accroche, … souvent vantées par les marques, n’hésitez pas avant tout à tester votre chaussure à la main !! La chaussure devra se plier au tiers antérieur uniquement, ne pas vriller lorsqu’on la tord et assurer un contrefort rigide.

Ce n’est qu’après avoir réalisé ces 3 tests de « conformité » que vous pourrez à loisir juger de ses qualités d’amorti, stabilité, dynamisme, … mais cette fois ci, baskets aux pieds !

6. Le type de terrain de course

Votre chaussure doit être adaptée à la surface sur laquelle vous courez. Un coureur qui privilégie la route doit avoir un bon amorti et une semelle plutôt lisse, une semelle extérieure accrocheuse vous ferait perdre de l’énergie inutilement. Si vous courez sur des chemins, votre modèle doit vous apporter un bon maintien du pied et une semelle crantée, adaptée aux obstacles naturels.

Quelle chaussure finalement choisir ?

Un premier conseil est d’éviter les nouveautés ! Si votre ancienne paire de chaussures vous convenait parfaitement, n’hésitez pas à racheter le même modèle. L’adaptation sera rapide et vous n’aurez pas de mauvaise surprise. Si, en revanche, vous « n’étiez pas très bien dans vos baskets », changez ! Idem si vous envisagez de changer de terrain et vous lancer dans le trail par exemple…

Quelques conseils en vrac lors de l’achat !

  • Essayez vos chaussures en fin de journée lorsque votre pied est un peu gonflé (ce qu’il sera pendant une course).
  • Préférez les lacets en coton, épais et accrocheurs plutôt que des lacets plastifiés, rigides et glissants qui se dénouent en course.
  • Laissez toujours un doigt d’écart entre les orteils et le bout de la chaussure.
  • Testez la flexion, la torsion et le contrefort afin de juger du bon rapport rigidité/souplesse de votre chaussure.
  • Baskets aux pieds, n’hésitez pas à réaliser quelques foulées dans le magasin. Certains magasins spécialisés disposent d’un tapis roulant.
  • L’avis d’un vendeur ne peut en aucun cas remplacer l’avis d’un professionnel de la santé.
  • Enfin, si malgré un chaussage adapté, une pathologie locomotrice devient chronique, un bilan podologique est à envisager !
Ce contenu a été publié dans Journal, Matériel, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Comment choisir une chaussure de running ?

  1. Daniel dit :

    Grace à ton blog, j’ai décidé d’investir (un peu) pour me motiver ! Donc merci pour cet article, je viens de commander des Nike en fin de série (donc à moitié prix ça compte) avec un super haut aussi en destockage…

    • Phil dit :

      J’espère que Les Nike te conviennent. Un conseil : une fois que tu as trouvé chaussure à ton pied, n’hésite pas à acheter une nouvelle paire avant que le modèle disparaissent. Je regrette de ne pas avoir acheté de Mizuno Precision 13 avant qu’elles ne disparaissent de la gamme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *