Foulées hivernales AXA – 4 décembre 2016

Fin octobre, j’hésitais encore entre 2 courses pour début décembre : petit bras ou ambitieux. J’ai renoncé début novembre à la SaintéLyon, principalement pour des raisons logistiques : je ne pouvais pas prendre de jours de congés et faire un aller/retour à Lyon plus la course, le tout sur un week-end, c’était un peu difficile. Je me suis donc rabattu sur les Foulées Hivernales AXA que je courais pour la première fois (oui, je sais, les deux ne sont pas comparables…)

Le parcours

Pour la dernière fois de son histoire, la course part du siège AXA situé Boulevard du Souverain à Watermael-Boitsfort. Le parcours s’enfonce directement en Forêt de Soignes avec 2 premiers kilomètres montant assez sec. La suite du parcours est vallonnée, avec 2/3 petits raidillons et une fin de parcours  plutôt en descente (normal, on revient sur nos pas). Au final un parcours pas trop difficile de 13 km et 112 m de dénivelé positif (dixit Suunto Ambit 2R). Le parcours alterne zones goudronnées et chemins (je dirais dans un rapport 20 / 80). Ce n’est certes pas la plus jolie partie de la Forêt de Soignes mais le parcours est tout de même sympathique.

Voici la trace GPS :

La course

Il faisait un froid de canard (4°C) mais un temps splendide : grand soleil sans un nuage. J’ai couru en 1h03mn 46s, soit une moyenne de 12,2 km/h. Plutôt content de ma performance alors que j’avais l’impression de me traîner les semaines précédentes.

Pour la première fois de ma vie, j’ai couru en « negative split » en faisant une seconde moitié de parcours plus rapide que la première comme on peut le voir sur la cadence :

Le « negative split « n’était pas anticipé. J’ai commencé la course avec une collègue et, comme je me sentais bien, je l’ai lâchement abandonnée à mi-course. Le profil de la course se prêtait bien à un « negative split » sachant que la seconde partie était plutôt roulante, voire descendante. Au final un bon temps et quel pied de doubler des dizaines de coureurs, je ne suis pas habitué. 🙂

Cette course m’a conforté dans deux constats.

Premier constat : pour courir vite, il faut courir vite. Dit comme cela, cela a l’air complètement idiot … mais je m’explique. En partant beaucoup plus vite que d’habitude (par rapport à ma vitesse d’entrainement), je remarque que mon corps finit par s’adapter de lui-même (après un moment difficile) à cette nouvelle vitesse et, finalement, je ne me sens pas beaucoup plus fatigué d’avoir couru plus vite que d’habitude. C’est un phénomène de palier : si je démarre en dessous de ce palier (disons 12 km/h), j’ai du mal à le franchir en accélérant progressivement alors que si je démarre au-dessus de ce palier, je finis par m’habituer. Cela fonctionne en tout cas sur des distances inférieures à 20 km, où j’ai toujours fait en course des moyennes bien supérieures à mes moyennes d’entrainement.

Deuxième constat : pour les courses, choisissez des chaussures qui courent vite. Depuis 2/3 ans, j’ai deux paires de chaussures : des chaussures « lourdes », un peu « pataudes » pour l’entrainement (les Mizuno Kazan 2 pour le moment) et des chaussures « légères », « dynamiques » que je réserve aux courses (les Mizuno Sayonara). Double effet kiss-cool : les chaussures sont plus dynamiques et, comme je ne suis pas habitué aux chaussures légères, j’ai l’impression de voler par rapport à mes sensations d’entrainement habituelles.

L’organisation

La course bénéficiait d’une excellente logistique :

  • Possibilité de garer la voiture dans le parking souterrain du bâtiment, aisément accessible par les transports en commun pour ceux qui ne veulent/peuvent pas prendre une voiture;
  • Douches, vestiaires, WC, consigne gratuits;
  • Parcours très bien indiqué;
  • Ravitaillement à mi-course (pas utilisé);
  • Buffet à l’arrivée;
  • Petit cadeau pour les finishers qui rendaient leur dossards : une paire de gants;
  • Bénévoles très sympathiques (plus que leur patron !).

J’aurais bien aimé boire un café à l’arrivée mais je n’en ai pas vu. Pour être honnête, je n’ai pas trop cherché.

Conclusion

C’est une course sympathique avec une organisation parfaite, à une période de l’année où il y a moins de courses, sur une distance raisonnable. Malheureusement, AXA va déménager en 2017 dans des locaux plus proches du centre de Bruxelles (place du Trône, pas loin du Palais Royal) et j’ai bien peur que la logistique de la course ne s’en ressente. Attendons de voir…

La même course existe en mode « estival » début juin, 1 semaine après le 20 km de Bruxelles. Pourquoi ne pas la faire aussi pour se remettre en douceur du 20 km ?

 

Ce contenu a été publié dans Courses, Journal. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *