De la mesure du dénivelé positif dans les trails…

Je viens de recevoir aujourd’hui un mail pour l’édition 2014 du GTLC (Grand Trail des Lacs et Châteaux).

Un passage du mail m’a fait sourire :

« Dénivelé positif et profil des courses

Le dénivelé positif des différentes épreuves du GTLC est désormais connu. Il y aura ainsi 3350 m de D+ pour le 90 KM, 1800 m de D+ pour le 45 KM et 950 m de D+ pour le 30 KM le samedi; alors que le 15 km du dimanche totalisera un D+ de 600 m. A noter que ces calculs ont été réalisés à l’aide du DVD de l’IGN, source à priori la plus fiable qui soit en matière de cartographie, distance et dénivelé positif. Chaque année, des coureurs observent de petites variations par rapport au dénivelé relevé par leur GPS ou par les différentes sites web analysant cette trace GPS (la remarque vaut aussi pour les distances). Ne soyez donc pas surpris, des différences peuvent exister selon les sources… Il s’agit avant tout d’une base permettant donner une idée du relief, base à priori la plus fiable qui soit. Le profil détaillé de chacune des distances sera également ajouté au site web de l’épreuve très prochainement. »

Nous avions été particulièrement agacés l’année dernière par l’énorme différence (et pas la « petite variation« ) constatée entre le dénivelé annoncé et le dénivelé réel : 800 m, la course ayant d’ailleurs été rétrogradée après coup de 2 à 1 point UTMB.

Il y a encore une semaine, même problème sur le Trail de Spa : 1.790 m mesurés sur Ambit, 1.840 m mesurés sur Nike + contre 2.017 m annoncés par l’organisateur. Là où la situation devient cocasse c’est lorsque la trace GPS fournie sur le site de l’organisateur donne 1.880 m de dénivelé ! Moins « grave » puisque la course reste largement dans la catégorie « 1 point UTMB », il n’y a pas tromperie sur la marchandise.

Dans les courses « normales », il faut donc prendre l’information de dénivelé avec pas mal de recul. Mais quand des points UTMB sont en jeu,  je pense que l’UTMB devrait légiférer : imposer un type de GPS, un type de calcul, valider la trace GPS et mettre un vrai tampon « reconnu UTMB » et éviter ainsi quelques déceptions.

De manière générale, j’apprécie la présence d’une trace GPS avant course. Préparer une course, c’est un peu comme s’intéresser à l’origine d’un vin avant même d’ouvrir la bouteille. Cela contribue à mon plaisir. De plus, à mon âge vénérable (45 ans…), anticiper les efforts est sécurisant.

Certains diront « bouh le gros bobo, il ne veut prendre aucun risque, il veut son petit confort…« . Soyons honnêtes : le temps où le trail était une aventure, le temps où « se perdre faisait partie des plaisirs de la course » est largement révolu. Il suffit d’entendre les coureurs râler dès que le fléchage est imparfait pour s’en rendre compte. Personnellement, si je veux partir à l’aventure, je ne vais pas m’inscrire à un trail. Je fais ça tout seul, avec ma nouvelle super montre. 🙂

Ce contenu a été publié dans Journal. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *