20 km de Bruxelles – 29 mai 2016

Dernière course du mois de Mai après le 15 km de Woluwé et le 10 km d’Uccle : le 20 km de Bruxelles que je courais pour la 6ème fois (déjà).

Dans mon dernier post, j’annonçais mes objectifs :

  • « moins de 1h40, je suis content;
  • moins de 1h35, j’exulte (mon record est à 1h35mn39 et date déjà de 2013, dans des conditions météo idéales);
  • plus de 1h40, j’abandonne la course à pied et je me mets au macramé (sauf en cas de bouchon vraiment énorme au départ).« 

Bonne nouvelle, j’ai fait 1h35’24 et je ne vais donc pas me mettre au macramé (dont je garde un fort mauvais souvenir datant de ma scolarité au collège) … mais je suis un peu déçu.

Certes j’ai battu mon précédent record … mais de 15 secondes seulement alors que je me suis entrainé comme jamais. Autre motif de déception : je n’ai pas réussi à battre le record de mon frère (1h33). Mes derniers entrainements sur 18 km se faisaient sur un temps « 20 km » de 1h37, donc j’espérais secrètement passer sous les 1h35. Manqué de peu : seulement 24 secondes.

J’ai eu de mauvaises sensations sur cette course, j’avais du mal à passer l’accélérateur, notamment sur les longues portions de plat. Mon finish est l’un des plus lents de ces dernières années. Je manquais de peps. J’avais choisi de ne pas courir les 2 jours précédents pour me reposer. Peut-être n’aurais je pas dû et conserver mes habitudes. A revoir l’année prochaine… Même si les conditions météo n’étaient pas optimales (le temps était un peu lourd, j’aurais préféré un peu de pluie comme en 2013), il ne faisait pas trop chaud.

Le parcours

Voici la trace GPX :

Contrairement à mes inquiétudes, je n’ai pas bouchonné Rue Froissart (je partais dans le SAS n°1).

L’organisation

RAS, copier/coller d’une année à l’autre. Seuls les politiciens donnant le départ diffèrent. Cette année, nous avions le droit à Charles Michel, 1er ministre belge.

Côté ravito, il est dommage qu’il n’y ait que de la boisson (en dehors de quelques bénévoles qui offre quartiers d’orange ou bananes). Personnellement je n’ai pas besoin de manger sur un 20km mais cela pourrait être appréciable pour les coureurs plus lents. J’en profite encore une fois pour dire qu’une bouteille d’eau se donne AVEC LE BOUCHON (s’il est débloqué, c’est encore mieux).

Seule ombre au tableau : l’arrêt cardiaque d’un coureur à l’arrivée. Heureusement, les sauveteurs ont réussi à refaire partir le coeur mais je le dis encore une fois : le 20 km de Bruxelles est difficile et je trouve les organisateurs « légers » en ne demandant pas un certificat médical.

La suite de la saison

Comme indiqué en début d’année, mon objectif 2016 est (et reste) de m’inscrire à la CCC en 2017, ce qui m’impose de recueillir 7 points d’ici le 31 décembre 2016 (j’en ai déjà 3 dans ma besace grâce au Trail de Spa de 2015).

Comme je n’ai pas pu courir l’Ecotrail de Paris pour raisons médicales et que je ne pourrai pas courir La Barjo (100 km) pour raisons familiales, je n’ai plus le choix : je commence ma préparation pour l’Ecotrail de Bruxelles, ma course de « la dernière chance » pour me permettre de récolter 4 points. Il me reste 3 mois mais l’été est toujours une période difficile pour moi (je n’aime pas la chaleur). Je ne m’inscris pas encore, j’attends mi-septembre. Au pire, je me rabattrai sur le marathon de Bruxelles (qui ne résoudra pas mon problème UTMB…)

Donc après cette intermède « courses sur route », je reviens – avec plaisir – sur les sentiers. Je vais essayer de me trouver un « petit » trail (30 à 50 km) au mois de Juillet pour me forcer à me bouger.

Ce contenu a été publié dans Courses, Journal. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *